Le prix Saga a été remis à François Weerts pour “Les Sirènes d’Alexandrie”.

Décerné la même semaine que les prix littéraires parisiens, le prix liégeois Saga Café a couronné le premier roman – pas un récit  – d’un auteur belge de langue française : François Weerts pour « Les Sirènes d’Alexandrie ».

Publié dans « La Libre Belgique partie Gazette de Liége 07/10/2010 »

Voir aussi le reportage de « RTC liège » Ce Waterlootois, vécut quelques mois dans sa jeunesse à Liège. Dès sa plus jeune enfance il fut passionné par l’écriture. Son premier roman – noir – vient d’être primé à l’unanimité par un jury d’experts liégeois, passionnés par l’écriture et la lecture et placés sous la présidence de René Godenne, historien de la littérature et auteur d’une anthologie de nouvelles belges parue chez Luc Pire.

Le prix qui une fois bien ancré dans le monde littéraire liégeois et belge devrait devenir le Prix Paris-Liège – les deux mayeurs sont d’accord – a été porté sur les fonts baptismaux par le philosophe Daniel Salvatore Schiffer. « La langue, l’écriture, dit-il, sont ma première passion. Je retrouve ici en face des Chiroux, l’atmosphère, la culture et l’art de vivre que j’ai connus à Paris tant chez Lipp, qu’aux Deux Magots ou chez Flore. » Et de souligner qu’un jury sans pression aucune, mené par la seule passion de la littérature, a fait son choix entre une vingtaine d’œuvres.

« Les Sirènes d’Alexandrie » plonge dans le cœur chaud de Bruxelles en 1984. Après le travail – il fut rédacteur à la Dernière Heure – Les Sports – François Weerts prenait volontiers un verre dans ces établissements nocturnes accompagné de copains, de collègues, de sa famille. Le héros va hériter, chose totalement inattendue, d’une maison de passe de son grand-père dont il va chercher à découvrir les péripéties qui ont marqué sa jeunesse au temps de l’occupation.

Ce prix est un beau coup d’essai qui donne encore du relief au renouveau liégeois, comme le relevèrent les bourgmestre et échevins Demeyer, Hupkens, Firket ou Stassart. « Et, dit l’auteur, un formidable encouragement à poursuivre l’écriture et peaufiner ce deuxième roman dont les contours sont déjà bien dessinés ».

« Les Sirènes d’Alexandrie » de François Weerts. Premier prix littéraire du Saga Café 2010 de Liège. Actes Noirs. Actes Sud. 318 pp. 18 euros.

 

Laisser un commentaire